Accueil du site > Notre association > Actualité de l’association

Actualité de l’association

vendredi 18 septembre 2009

Cette page rassemble les brèves qui concernent l’actualité de notre association.

Vient de paraître la belle revue franco-québécoise de 84 pages en couleur de l’association FFO (revue n°6, deux semestre 2021), avec la participation de plusieurs spécialistes du Québec et de la francophonie : Nicolas Prévost, Alain Ripaux, Gilbert Lévesque, Lambert Proulx, Valentin Lagorio, Xavier Leloup et Marcel Piette.

De nombreux articles bien illustrés, historiques et linguistiques sur le Québec et la langue française, l’Archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, la francophonie en Belgique, la défense de la langue française en Europe et dans le monde.

Ce numéro spécial "Québec et Francophonie" est disponible auprès de l’association Francophonie Force Oblige - 345, Rue de la Mairie - 60400 Appilly (Hauts de France) au prix de 8 € + 4 € de frais de port

Vous pouvez télécharger ici, en cliquant sur l’icône ci-dessous, un extrait de cette revue au format pdf :

PDF - 3.5 Mo

Notre prochaine conférence sera consacrée au Comte de Frontenac (1622-1698), gouverneur de la Nouvelle-France sous le roi Louis XIV. Elle sera prononcée par Nicolas Prévost, professeur d’histoire et président de Frontenac-Amériques, le samedi 16 octobre 2021 à 16 heures à l’Espace Jaurès à Chauny (Aisne) - 5 avenue Jean Jaurès - 02300 Chauny.

Elle sera précédée au même endroit par l’Assemblée générale de l’Association FFO à 15h.

Venez nombreux !

Vous pouvez retrouver le passage de notre ami Alain Ripaux dans cette émission de Radio Noy’On Air sur "Vive le Québec libre" du Général de Gaulle en juillet 1967 :

https://drive.google.com/file/d/1qwkOIPzrHn3FJrVx7CszJpwYGvF13mqH/view

Le livre Charles de Gaulle, une certaine idée du Québec par Alain Ripaux est toujours disponible. Cet ouvrage historique est consacré aux relations du Général de Gaulle avec le Québec et à 50 ans de relations franco-québécoises. Ce livre est disponible au prix de 26 € franco - Les commandes sont à adresser à Alain Ripaux - 345, Rue de la Mairie - 60400 Appilly (Picardie).

Notre ami Bernard Emont, président de l’association Paris-Québec et du CEQFAN (centre d’étude du Québec et des francophonies d’Amérique du Nord) a été interviewé ce lundi 15 mars 2021 au matin dans l’émission "Le Grand Témoin" sur Radio Notre-Dame.

Voici le lien pour réécouter cette intéressante émission, dans laquelle Bernard Emont évoque notamment la parution de son livre Le Québec à grand trait aux éditions L’Harmattan.

https://radionotredame.net/emissions/legrandtemoin/15-03-2021/

Le numéro 5 de la revue francophone de FFO vient de paraître et propose des articles sur plusieurs thèmes, en particulier sur les relations franco-britanniques depuis Guillaume le Conquérant, sur les relations de Napoléon avec l’Angleterre, sur l’importance du français dans la langue anglaise et sur d’autres thèmes en lien avec la culture francophone.

La revue est disponible au prix de 9 € (ou abonnement 2020 à 18 €) par correspondance à FFO - 345, Rue de la Mairie - 60400 Appilly. Vous pouvez aussi télécharger le bon de commande ci-dessous :

PDF - 37.5 ko

Une conférence d’Alain Ripaux sur Napoléon Bonaparte aura lieu le samedi 22 mai 2021 à 15 heures à l’Espace Jaurès à Chauny (Aisne).

Le thème est le suivant : Napoléon et l’épopée impériale, d’Ajaccio à Sainte Hélène.

Chers adhérents, Chers amis,

Au nom de notre Association Frontenac-Amériques, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2021. Que cette nouvelle année vous apporte santé et bonheur, mais aussi tout plein de réussite et de satisfaction dans tout ce que vous entreprendrez. Nous espérons aussi que 2021 nous redonnera davantage de liberté et que les activités culturelles pourront reprendre dès que ce sera possible.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées de projets mais également de vos articles que nous pouvons publier sur notre site.

Si vous souhaitez rejoindre notre association, vous pouvez adhérer directement en ligne par une transaction sécurisée « paypal ». La cotisation des membres actifs étant toujours fixée à 15 euros et celle des membres bienfaiteurs à 40 euros.

En vous disant à très bientôt, je vous prie de recevoir, chers adhérents, chers amis, mes plus cordiales salutations.

Nicolas PRÉVOST
Professeur d’histoire-géographie
Président de l’Association Frontenac-Amériques

Il y a très exactement 50 ans, le 9 novembre 1970, dans sa maison de la Boisserie à Colombey-les-deux-Églises (Haute-Marne), le Général de Gaulle (1890-1970) mourait après une vie bien remplie au service de la France, dont il dirigea la destinée pendant plus d’une décennie comme premier président de la Cinquième République (1958-1969).

Parmi ses grands discours politiques, dont l’Histoire a retenu celui du 18 juin 1940 qui fonda la Résistance français, on retiendra bien sûr celui aussi qui fit vibrer tant de Canadiens-français : le discours de Montréal du 24 juillet 1967. Celui-ci se terminait par ces mots forts, suscitant l’enthousiasme d’une foule immense rassemblée sur la Place Jacques Cartier devant l’Hôtel de Ville : « Vive Montréal ! Vive le Québec ! Vive le Québec libre ! Vive le Canada français ! Et vive la France ! »

Aujourd’hui encore, Charles de Gaulle reste une référence en terme de patriotisme et de respect des cultures.

Le Général de Gaulle à Montréal au Québec le 24 juillet 1967

Le numéro 4 de la revue francophone de FFO vient de paraître et propose des articles sur plusieurs thèmes, en particulier le 130e anniversaire de la naissance du Général de Gaulle (1890-1970), avec notamment un article sur le Général et la langue française, mais aussi d’autres sujets comme les Acadiens ou les voyages du Marquis de La Fayette en Amérique du Sud.

La revue est disponible au prix de 9 € (ou abonnement 2020 à 18 €) par correspondance à FFO - 345, Rue de la Mairie - 60400 Appilly. Vous pouvez aussi télécharger le bon de commande ci-dessous :

PDF - 3.9 Mo

Vous pouvez retrouver sur le site de nos amis de l’Association Paris-Québec le texte de la conférence de Nicolas Prévost sur les lettres rédigées par le gouverneur Louis de Frontenac en Nouvelle-France :

http://www.associationparisquebec.fr/2020/04/louis-de-buade-comte-de-frontenac-1622-1698.html

Bonne lecture !

En raison de l’actuel confinement en France, la conférence de Nicolas Prévost intitulée « Louis de Buade, comte de Frontenac, un gentilhomme de la noblesse d’épée en Nouvelle-France » pour le GRECA dirigé par Bernard Emont, et qui devait se tenir au 28 rue Serpente à Paris 6ème le jeudi 27 mars 2020, est reportée à une date ultérieure.

JPEG - 133.5 ko
Louis de Buade, comte de Frontenac, sur la Fresque des Québécois dans la ville de Québec
Photo N. Prévost

Le numéro 3 de la revue francophone de FFO vient de sortir : 56 pages en couleur, avec des articles concernant le 250e anniversaire de la naissance de Napoléon Bonaparte (dont un consacré aux arts sous le Premier Empire), à la renaissance du français en Louisiane et aux dernières nouvelles du Québec et de la francophonie.

La revue est disponible dans certaines librairies au prix de 6 € ou bien à 9 € par correspondance à FFO - 345, Rue de la Mairie - 60400 Appilly. Vous pouvez aussi télécharger le bulletin ci-dessous :

PDF - 708.5 ko
Bon de commande FFO n°3

Laurier Turgeon, professeur d’histoire et d’ethnologie à l’Université Laval de Québec, présentera son livre Une histoire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au XVIe siècle, le mardi 4 février 2020 à 18h au forum de la MSH, 54 boulevard Raspail à Paris 6ème.

Le samedi 2 novembre 2019 à 15 heures à l’espace Jean Jaurès de Chauny (Aisne), Alain Ripaux prononcera une conférence sur Charles de Gaulle et le Québec.

Entrée libre. Venez nombreux !

L’Association FFO, présidée par Alain Ripaux, a publié le 15 septembre 2019 le communiqué de presse ci-dessous par rapport à la situation de la langue française en France et dans le monde.

DÉFENDRE LA LANGUE FRANÇAISE !
APPEL À TÉMOIGNAGES !

Depuis plus de 50 ans, nous sommes envahis par la langue anglaise et la culture anglo-saxonne qui s’imposent dans de nombreux domaines : les médias, la publicité, le commerce, la télévision, internet, l’enseignement supérieur, les institutions européennes et internationales.

Chaque jour, de nouveaux mots anglais sont imposés par les médias et les puissances de l’argent. Les jeunes générations ne savent plus rédiger de courriers en français classique et utilisent quotidiennement de nombreux anglicismes pour envoyer des courriels, des textos et communiquer avec leurs correspondants. Les médias et le monde des affaires sont responsables et complices de cette situation dangereuse et inacceptable.

Dans notre univers multiculturel il n’est pas normal que la langue anglaise et la culture anglo-saxonne dominent la plupart des pays de la planète et imposent un certain colonialisme culturel, linguistique et économique. Suite à la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne, il est nécessaire que la langue anglaise ne soit plus la langue prépondérante de l’Europe, mais une langue parmi d’autres. Il devient urgent à ce que la France et notre langue nationale reprennent toute leur place en Europe et dans le monde.

La loi Toubon, votée le 4 août 1994, devait défendre la langue française. Mais, avec la complicité des gouvernements successifs et de certains groupes de pression anglophiles, cette loi n’a jamais été totalement appliquée. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, nous sommes trahis par nos élites qui rêvent d’un monde dominé par l’impérialisme culturel, linguistique et économique anglo-saxon.

N’oublions pas que la langue française est "la langue de la République" comme le précise l’article 2 de la Constitution de 1958. C’est aussi la langue du peuple français et du peuple du Québec ainsi que de plus de 300 millions de francophones dans le monde entier.

Au Québec, la Charte de la langue française, appelée aussi loi 101, votée par l’Assemblée nationale le 26 août 1977, a permis de donner un statut officiel au français et de protéger notre langue dans les secteurs de la toponymie, de la publicité, des affaires, du commerce, du travail, de l’enseignement et de l’affichage.

Le Conseil supérieur de la langue française contrôle la bonne application de cette loi et encourage les initiatives pour défendre notre langue commune. Mais, avec la mondialisation et l’arrivée massive de milliers d’immigrants anglophones, le français se trouve particulièrement menacé, surtout à Montréal, deuxième ville francophone du monde. Selon certaines statistiques canadiennes, les Canadiens français du Québec deviendraient minoritaires à partir de 2035.

Il devient urgent d’agir et de résister à l’impérialisme culturel et linguistique anglo-américain avant qu’il ne soit trop tard.

C’est pourquoi nous avons fondé une association franco-québécoise pour la défense de la langue française et de la francophonie. Nous organisons régulièrement des conférences et nous présentons des expositions. Nous intervenons auprès des élus et des médias. Nous participons à des manifestations culturelles dans les Hauts de France et dans d’autres régions. Nous éditons une belle revue francophone avec des articles historiques et linguistiques, sur la défense de la langue française et de la francophonie et les relations franco-québécoises.

Cette année, nous avons le projet de publier un ouvrage sur la situation de la langue française en France, au Québec et dans le monde francophone. Cet ouvrage historique et linguistique comportera en particulier un répertoire des anglicismes à éradiquer absolument comme people, fashion-week, week-end, fake-news, mail, black-friday, etc...

Dans le cadre de cet ouvrage, nous souhaitons également présenter les témoignages, d’auteurs, de journalistes, d’enseignants, d’étudiants, de lecteurs, de responsables politiques et associatifs qui s’inquiètent de l’invasion grandissante de la langue anglaise et de la culture anglo-saxonne.

Nous vous invitons à nous faire connaître votre intérêt pour ce projet linguistique et votre témoignage sur la situation de la langue française et des mesures qui s’imposent pour protéger la langue de Molière et résister à l’anglicisation de la France, du Québec et du monde francophone.

Alain RIPAUX
Président de Francophonie Force Oblige
Historien, chercheur et conférencier

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75

© Association Frontenac-Amériques. | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0