Accueil du site > Notre association > Actualité de l’association

Actualité de l’association

vendredi 18 septembre 2009

Cette page rassemble les brèves qui concernent l’actualité de notre association.

Bonne fête Québec !

mardi 24 juin 2014

PNG Aujourd’hui 24 juin, jour de la Saint-Jean-Baptiste, nous souhaitons une très bonne fête au Québec et à toute la francophonie nord-américaine !

L'Assemblée nationale à Québec {JPEG} Les Québécois ont voté ce 7 avril 2014 pour élire leur nouvelle Assemblée nationale, suite à la décision du Premier ministre sortant, Mme Pauline Marois (Parti Québécois), de déclencher des élections anticipées.

Le résultat est le suivant (125 sièges à pourvoir) :
- Parti Libéral du Québec (PLQ) : 41,52 % des voix et 70 sièges
- Parti Québécois (PQ) : 25,38 % des voix et 30 sièges
- Coalition Avenir Québec (CAQ) : 23,05 % des voix et 22 sièges
- Québec-Solidaire (QS) : 7,63 % des voix et 3 sièges

Pauline Marois n’a pas retrouvé son siège de député car elle a été devancée dans sa circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré par Caroline Simard du PLQ.

Dans son discours d’adieu, Mme Marois a réaffirmé que « le Québec est une nation et doit agir comme telle ». Elle souhaite bonne chance au nouveau Premier ministre, tout en formulant le vœu « que jamais un gouvernement du Québec n’oublie sa mission sacrée de défendre notre culture et notre identité, plus particulièrement notre langue qui fleurit en Amérique depuis plus de 400 ans ». Enfin, elle conclut par un émouvant « Chères Québécoises, chers Québécois, l’avenir vous appartient. Je demeurerai toujours à vos côtés. Je vous aime ».

Le dirigeant du PLQ, Philippe Couillard de Lespinay, est officiellement devenu le 31ème Premier ministre du Québec le 23 avril 2014. Français par sa mère, il est par son père le descendant direct de Guillaume Couillard (1591-1663), un des premiers pionniers de la Nouvelle-France.

Le compteur de notre site vient de dépasser les 400.000 visites !

Merci à tous de l’intérêt que vous portez à notre association Frontenac-Amériques et à la francophonie américaine !

JPEG - 205.7 ko
L’Assemblée nationale à Québec
Photo N. Prévost

À la demande du Premier ministre Pauline Marois, en fonction depuis le 19 septembre 2012, le lieutenant-gouverneur du Québec Pierre Duchesne a mis fin le mercredi 5 mars 2014 à la 40ème législature de l’Assemblée nationale.

Le Parti québécois (PQ), le Parti libéral du Québec (PLQ), la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire ont engagé la bataille électorale, qui prendra fin le jour du vote, le lundi 7 avril prochain.

Les deux principaux candidats au poste de Premier ministre sont Pauline Marois (PQ) et Philippe Couillard (PLQ), qui devront tenir compte du score du CAQ et de Québec Solidaire.

La nouvelle émission de Patrick de Carolis, intitulée Le Grand Tour, était consacrée jeudi dernier sur France 3 au Québec et à la Louisiane. Voici le descriptif de l’émission, que vous pouvez retrouver sur http://www.legrandtour.fr/ et revoir en intégralité sur Pluzz, le site de France Télévisions, ainsi que sur Youtube (ci-dessous).

Les étapes du 19 février 2014, http://www.legrandtour.fr/

Faire de la culture un grand voyage.

Du Québec à la Louisiane : quand l’Amérique était française

Ce nouvel opus du Grand Tour vous raconte l’aventure exceptionnelle de la Nouvelle-France. Nous partons sur les traces de ces explorateurs français qui ont conquis près des deux tiers de l’Amérique du Nord.

Au XVIe siècle, le Nouveau Monde est un enjeu pour les grandes puissances européennes. François 1er en est pleinement conscient. Lors d’une visite au Mont-Saint-Michel, il fait la connaissance d’un explorateur français, Jacques Cartier. C’est une rencontre décisive. Sous son impulsion la France se lance alors dans une magnifique épopée, celle des Français en Amérique. Le navigateur malouin n’est pas le seul personnage clé de cette aventure. Celui qui va véritablement implanter une colonie au Québec, c’est Samuel de Champlain. La Nouvelle-France prendra ensuite un élan considérable avec Louis XIV et les « filles du Roy ». Âgées de 16 à 25 ans, elles sont pour la plupart orphelines ou d’origine modeste. Ces femmes vont peupler le territoire.

L’équipage de Samuel de Champlain est émerveillé par la beauté du paysage lorsqu’il aperçoit le Golfe du Saint-Laurent. Le Grand Tour vous emmènera à la découverte des baleines et des bélugas qui vivent dans ces eaux.

En 1603, il arrive à Tadoussac. Nous verrons comment il s’allie aux Amérindiens, comment il fonde la colonie sur le commerce de la fourrure et notamment celle des castors. Nous irons au cœur des forêts canadiennes à la découverte de ces rongeurs.

Nous marcherons aussi dans les pas de ces « filles du Roy ». Le Grand Tour vous invite à la rencontre de l’une de leurs descendantes sur l’île d’Orléans. Nous nous rendrons également dans la maison Saint-Gabriel à Montréal où certaines d’entre elles ont été accueillies.

Nous décrypterons la « parlure québécoise » avec le jeune conteur Fred Pellerin, coqueluche des Canadiens. A travers ses spectacles, il se bat pour préserver la langue française.

Après le Québec, une nouvelle aventure commence, celle de la Louisiane. En 1682, René-Robert Cavelier de la Salle descend le Mississippi et parvient à son embouchure. Près de quarante ans après, l’explorateur et gouverneur Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville, fonde la Nouvelle-Orléans, baptisée ainsi en hommage au régent le Duc Philippe d’Orléans. Militaires, aventuriers, mais aussi forçats et prostituées viendront s’y installer. Au milieu du XVIIIe siècle, plusieurs Acadiens du Canada trouveront également refuge en Louisiane après avoir été chassés de leur terre par les Anglais.

Le Grand Tour vous fera découvrir le « French Quarter », la cathédrale Saint-Louis et le restaurant « Chez Antoine ». Ils sont autant de témoignages de l’héritage français à la Nouvelle-Orléans. Nous verrons comment l’exotisme et la beauté de cette ville ont toujours fasciné les écrivains américains. A l’occasion des 170 ans de l’église Saint-Augustine, nous rencontrerons des descendantes de gens de couleur libres. Cette caste méconnue a joué un rôle important dans le développement culturel de la ville et notamment l’opéra.

La traite des Noirs va fournir la majeure partie de la main-d’œuvre servile à la Louisiane. Le Grand Tour vous ouvrira les portes de l’une des dernières plantations créoles françaises, la « Laura Plantation », mais aussi de son héritière, la plantation Columbia. Ces plantations ont joué un rôle clé dans la naissance d’un genre musical célèbre : le jazz.

Le Grand Tour vous emmènera ensuite en pays cajun, là où se trouve la majorité des francophones de Louisiane. C’est dans le sud de la région, le long des bayous et des prairies, que se sont établis les Acadiens.

LA RENCONTRE DU « GRAND TOUR »

Dans ce neuvième épisode de la série du Grand Tour, Patrick de Carolis rencontre André Manoukian. Ce musicien chevronné, féru de jazz, nous fera découvrir l’histoire de cette musique. Nous nous rendrons à « Congo Square », puis sur la « Frenchmen Street » et dans une salle de concert de la Nouvelle-Orléans. Au piano, c’est accompagné d’artistes louisianais qu’il réalisera un « bœuf » pour le Grand Tour.

Voici un petit reportage d’environ 15 minutes montrant le développement économique et touristique actuel en Guyane française. Bien loin des clichés habituels, et donc porteur d’espoir pour le développement de ce passionnant et attachant morceau de France en Amérique du Sud !

De passage au Québec il y a quelques semaines, le chanteur belge Stromae a fait le bonheur des passagers du métro de Montréal en interprétant sa chanson Formidable entre les stations Berri-Uqam et Place des Arts. Un grand moment, comme vous pouvez le constater avec la vidéo ci-dessous !

Après une importante restauration, les échafaudages et bâches de protection sont progressivement enlevées au château de Saint-Germain-en-Laye pour laisser place au clocher de 47 mètres entièrement rénové. Pour en savoir plus, lire l’article ci-dessous :
http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/le-clocheton-du-chateau-se-devoile-09-12-2013-3389543.php

Un chantier de restauration de 15 millions d’euros est actuellement entrepris au Domaine royal de Saint-Germain-en-Laye. Le clocher est le premier à en faire l’objet. Les derniers travaux de restauration remontaient à 1875 !

Voici l’article en intégralité, daté du 26 octobre 2013 : http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/decouvrez-la-renovation-du-chateau-de-saint-germain-26-10-2013-3259357.php

JPEG - 366.4 ko
Dernière page du Traité de Paris de 1763
Archives du ministère français des Affaires étrangères

La section française de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC) organise un colloque à Paris, du 20 au 22 novembre 2013, sur le traité de Paris de 1763 et ses suites.

Les grands thèmes du colloque
Vous aurez l’occasion d’approfondir et peut-être même de découvrir de nouvelles dimensions sur les tenants et aboutissants d’un traité qui a redessiné la carte de l’Amérique du Nord. Les conférenciers prendront en compte les différentes populations qui y vivaient, Amérindiens, Canadiens, Britanniques des colonies du sud, les mobiles des métropoles impliquées de même les conséquences du traité sur les maillons de la chaîne reliant Français et Québécois de part et d’autre de l’Atlantique.

Lieux du colloque
La journée du mercredi 20 novembre, dont le thème est « Le traité de 1763 », se déroulera aux Archives diplomatiques du ministères des Affaires étrangères à La Courneuve.
La journée du jeudi 21 novembre, dont le thème est « D’une guerre à l’autre », se déroulera à l’Hôtel des Invalides à Paris.
La journée du vendredi 22 novembre, dont le thème est « Un nouveau monde atlantique », se déroulera aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Voici le programme complet de ce colloque :

PDF - 408.1 ko
Programme du colloqu­e Traité de Paris CF­QLMC Novembre 2013

Vous pouvez relire notre article sur le Traité de Paris.

On a retrouvé le soldat Borical !

vendredi 4 octobre 2013

Un documentaire est diffusé actuellement sur France Télévisions (France 3) en lien avec la découverte en 2011 des restes d’un soldat guyanais mort pendant la bataille de Verdun.

Né le 8 décembre 1887 à Cayenne (Guyane), Saint-Just Louis Borical, mobilisé dans le 119ème Régiment d’Infanterie, trouve la mort le 13 juin 1916 à Fleury-devant-Douaumont (Meuse), pendant la bataille de Verdun, à l’âge de 29 ans. Ses restes, et notamment sa plaque d’identité militaire, ont été découverts par hasard dans la forêt par des promeneurs qui ont alertés la direction de l’Ossuaire de Douaumont.

Voici le lien pour visionner ce documentaire :
http://pluzz.francetv.fr/videos/documentaires_alsace_,89689743.html

On peut également parcourir ce passionnant dossier intitulé Borical, le destin d’un poilu guyanais : http://www.franceguyane.fr/actualite/culture-et-patrimoine/borical-poilu-guyanais/borical-le-destin-d-un-poilu-guyanais-18-10-2011-105231.php

Le quartier du Bel-Air, quartier de Saint-Germain-en-Laye en pleine mutation, cherche un nom pour la nouvelle place en construction. Et si on l’appelait Place Frontenac ? Voici un extrait du courriel envoyé le 10 septembre 2013 à la mairie de Saint-Germain-en-Laye à cette occasion.

Je vous écris suite à l’appel que vous avez lancé, appel lu dans le dernier numéro du Journal de Saint-Germain-en-Laye (n°632, page 2), pour le choix d’un nom pour la nouvelle place qui sera inaugurée en 2015 dans le quartier du Bel-Air.

Je propose que cette place soit appelée « Place Frontenac ».

Louis de Buade, comte de Frontenac, né à Saint-Germain-en-Laye en 1622, baptisé dans la chapelle royale du château de Saint-Germain-en-Laye le 30 juillet 1623 (où a également été baptisé Louis XIV) et mort à Québec en 1698, est un des plus importants gouverneurs de la Nouvelle-France (Canada) à l’époque du roi Louis XIV.

La dimension historique de sa personnalité est telle qu’il a donné son nom, entre autres, au château Frontenac, un des plus beaux et fameux bâtiments de la vieille ville de Québec dominant le fleuve Saint-Laurent, ainsi qu’à de nombreux lieux et localités au Canada et aux Etats-Unis (six villes des Etats-Unis se nomment Frontenac). Malheureusement, dans la ville qui l’a vu naître, Saint-Germain-en-Laye, aucune rue ne porte son nom. Voici l’occasion de réparer cet oubli ! Surtout que le père et le grand-père de Louis de Frontenac, Antoine et Henri, étaient gouverneurs du château de Saint-Germain-en-Laye, comme le rappelle la plaque de marbre située dans l’hôtel de ville. [...]

Nommer cette nouvelle place du nom de « Place Frontenac » serait un bel hommage à cette grande personnalité née dans notre ville et également un moyen fort de relations avec la francophonie, le Québec et l’ensemble de l’Amérique du Nord. Ce serait également un sympathique clin d’oeil, dans un quartier en pleine mutation comme le Bel-Air, de faire le lien avec cette grande aventure de pionniers que furent la Nouvelle-France et le Canada. [...]

Nicolas Prévost, président de l’Association Frontenac-Amériques

L’émission Échappées Belles sur France 5 est consacré au Québec sur le thème Québec, le chant de la nature, avec un parcours menant de la ville de Québec jusqu’au fjord du Saguenay en passant par l’Île d’Orléans.

Samedi 7 septembre 2013 à 20h35 sur France 5

Émission en ligne jusqu’au 14 septembre prochain en cliquant sur ce lien : http://pluzz.francetv.fr/videos/echappees_belles_saison8_,88438979.html

Un train de la compagnie ferroviaire Montréal Maine & Atlantic Railway transportant du pétrole et composé de 72 wagons-citernes, a déraillé et pris feu dans le centre-ville de Lac-Mégantic, une petite ville située en Estrie à environ 250 km à l’Est de Montréal, dans la nuit du vendredi au samedi 6 juillet 2013.

Le train, parti de Montréal et à destination du Maine (États-Unis), est arrivé à Nantes (Estrie) vendredi soir 5 juillet et les conducteurs ont alors fait une pause pour la nuit. Pour une raison encore inconnue, le train s’est remis en marche, dévalant la pente en direction de l’est, puis a déraillé dans le centre-ville de Lac-Mégantic près de la rue Cartier et de la rue Frontenac avant d’exploser.

JPEG - 77.3 ko

Le centre-ville a alors été ravagé par les flammes, plus de 2.000 habitants ont été évacués, on compte pour l’instant 3 morts et plus de 80 disparus. Les images sont particulièrement impressionnantes, comme le montrent les 2 vidéos ci-dessous, dont la première publiée par Radio-Canada :

L’explosion, et le spectaculaire incendie qui a suivi, ont détruit une trentaine de maisons et bâtiments, situés notamment rue Frontenac et boulevard des Vétérans, dont le bar Musi-Café, la bibliothèque municipale, le siège du journal hebdomadaire L’Écho de Frontenac et le bureau du député de la circonscription.

Voir le reportage de Radio-Canada :
http://www.radio-canada.ca/regions/estrie/2013/07/06/001-explosion-lac-megantic-train.shtml

Toutes nos pensées aux victimes et à tous les habitants de Lac-Mégantic.

La ville de Lac-Mégantic est une municipalité d’environ 6.000 habitants, située entre les municipalités de Nantes et de Frontenac, à environ 35 km de la frontière avec les États-Unis. Elle est jumelée avec la ville française de Dourdan (Essonne).

La ville porte le nom du lac Mégantic, un lac glaciaire de 26 km² où la rivière Chaudière, un affluent du fleuve Saint-Laurent, prend sa source. En langue amérindienne Abénaquis, Mégantic signifie « le lieu où se tiennent les poissons ».

Quelques sites internet à consulter :
Site officiel de la ville
Site de l’office du tourisme
Site de la paroisse catholique de Lac-Mégantic, unité pastorale Sainte-Marie-du-Lac
Site de la radio locale CJITFM
Site du journal L’Écho de Frontenac
Site de la bibliothèque municipale
Page Facebook du bar Musi-Café
Site de l’école polyvalente Montignac
Site du CELCM
Site de la ville de Dourdan, ville française jumelée avec Lac-Mégantic
Page Facebook de l’association Le Chêne et l’Érable du jumelage Dourdan-Lac-Mégantic

JPEG - 141 ko
Vue aérienne du centre-ville de Lac-Mégantic et du départ de la rivière Chaudière. Au premier plan le Centre Monseigneur Bonin avec son aréna à glace artificielle.
Carte postale ancienne, Studios Gérard, 5431 rue Frontenac à Lac-Mégantic

Le magnifique Musée de l’Amérique française, une institution de la ville de Québec dans le cadre grandiose du séminaire à proximité de la cathédrale, a récemment changé de nom. Il se nomme maintenant Musée de l’Amérique francophone. Ce changement, lourd de sens politique, est commenté par le chroniqueur Mathieu Bock-Côté dans Le Journal de Montréal du 2 mai 2013.

L’Amérique française aux poubelles, par Mathieu Bock-Côté (Le Journal de Montréal)

La nouvelle est passée sous le radar  : le 16 avril, le Musée de l’Amérique française changeait de nom. Il est devenu le Musée de l’Amérique francophone. Détail insignifiant et petit coup de marketing ? Au contraire.

Le directeur général du Musée de la civilisation avait vendu la mèche, en 2012, alors qu’il évoquait son changement de nom. Selon lui, la référence à l’Amérique française témoignait d’« un volet passé, très nostalgique ».

« Nostalgique », la mémoire des origines ? Cela avait inspiré ce commentaire cinglant à l’historien Gaston Deschênes : « Un musée dont le nom évoque le passé, c’est effectivement ennuyeux ». Dans les faits, ce changement de nom révèle l’appauvrissement de notre rapport au passé.

L’Amérique française est une réalité historique. L’Amérique « francophone » est un concept sans profondeur historique qui dissout nos origines françaises dans la rectitude politique. Derrière le changement de nom du musée, il y a changement de vocation.

Mémoire nationale

Mais faut-il s’en surprendre ? Car cette tentation est partout visible. Et notamment dans le système d’éducation, où la référence à la Nouvelle-France a été marginalisée au profit de l’histoire des Amérindiens, devenue hégémonique.

Pire : lorsqu’on parle de la Nouvelle-France, c’est pour la diaboliser. On la caricature en puissance esclavagiste, alors que l’esclavage n’a jamais été un pilier de la colonie. Pire encore, on assimile la Conquête anglaise à un progrès démocratique. De la Nouvelle-France, il faudrait avoir honte.

D’ailleurs, sur le site du ministère de l’Éducation, on réduit la Nouvelle-France à une vague d’immigration et à un moment démographique parmi d’autres dans la construction du Québec. Il ne s’agit plus d’un moment fondateur, porteur de sens.

Je cite le ministère : « D’abord occupé par une population autochtone, le Québec a successivement accueilli des arrivants de France, des îles britanniques, puis d’un nombre toujours croissant de pays. Il reçoit plus de 38 000 nouveaux arrivants par année ». Il n’y a plus de noyau fondateur au Québec.

On savait que les Québécois avaient un rapport trouble à leur passé. Qu’ils ont moins pour devise Je me souviens que « Je m’en fous un peu et je veux aller magasiner ». Mais on s’attendait à ce que les institutions gardent vivante la mémoire nationale.

L’Amérique française, c’est une histoire dont il faut raconter les grandeurs et les misères. C’est celle des colons qui ont bâti le pays. C’est aussi celle des coureurs des bois qui ont bâti un empire commercial. Le Québec hérite de cette histoire et la prolonge. Il devrait assumer ses quatre siècles.

Mémoire des fondateurs

D’ailleurs, nous n’avons pas toujours été amnésiques. La mémoire de la Nouvelle-France servait à nommer le pays. De Jacques Cartier à Samuel de Champlain en passant par Maisonneuve et Jeanne Mance, nous avons déjà eu la mémoire des fondateurs.

Sans une mémoire vivante de la Nouvelle-France, c’est notre propre paysage architectural et urbain qui devient incompréhensible. Et je me demande : quelle place réservera-t-on à la Nouvelle-France lors du 375e anniversaire de la fondation de Montréal ?

À force de se faire trahir par ses institutions, le peuple québécois devient étranger à sa propre histoire. Il en a une vision folklorique. Faut-il se surprendre qu’il devienne peu à peu indifférent à sa propre identité ?

JPEG - 223 ko
Le Musée de l’Amérique française, au printemps 2005
Photo : N. Prévost

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75

© Association Frontenac-Amériques. | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0